Grenoble, Paris, Venise – Le cuir et la soie

Non classé - Ecrit par Frédéric Durmort on .

Une restauration de l’Atelier Osiris : fauteuil aux bois exotique avec un cuir de vachette.

Une création de Sophie Marionnet. Sophie est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Lyon avec les félicitations du jury en 2009. Avec ses collections, elle souhaite décloisonner les frontières des secteurs du design et poursuit son travail dans le design d’objet et le design d’espace. Lauréate du Concours de l’espace Bespoke sur le salon du Cuir à Paris en février 2014, elle décide alors de créer son propre studio de design entièrement dédié au cuir.
Une restauration de l’Atelier Osiris : cabriolet en acajou avec des fleurs en soie.

Cette soierie de Rubelli pour ameublement est tellement belle que l’on peut imaginer la porter avec plaisir …

Un club à oreilles

En ce moment, dans l'atelier - Ecrit par Frédéric Durmort on .

Ce fauteuil de type club à 100 ans. il est dans son état d’origine. Il est assez rare avec ses oreilles et sa profondeur d’assise qui lui apporte un confort enviable …

Fauteuil recouvert d’une cuir de vachette avec une finition aux clous de décoration, 6 boutons un jonc gainé, et 2 cousins passepoilés (dossier et l’assise) sur une suspension à ressorts .

L’atelier va restaurer entièrement ce fauteuil de façon traditionnelle avec des peaux patinées à l’ancienne.

Non classé - Ecrit par Frédéric Durmort on .

Canapé fabriqué en france et distribué par l’atelier Osiris « Christian Ghion. Une carrure impressionnante, une voix rauque et un franc parler qui lui est propre, Christian Ghion est un Personnage. Il est né en 1958 en banlieue parisienne où il grandit et étudie. Après 5 années de droit, alors qu’il se demande encore comment exploiter ses talents multiples, il décide de s’inscrire à l’école d’architecture de Paris-Conflans, en section ECM (Etude Création Mobilier). Quelques années plus tard, il intègre l’ENSCI (Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle). Sans l’avoir réellement prémédité, Christian Ghion se retrouve à 28 ans, diplômé en design. Dès lors, il fonde son propre studio de création. Il signe des créations pour des éditeurs de renom tels que Cappellini, Driade, Poltrona Frau, Salviati, Sawaya & Moroni ou encore XO. Il reçoit plusieurs prix et distinctions et notamment le Grand Prix de la Création de la Ville de Paris en 1991. Ces dernières années, Christian Ghion s’est vu confié plusieurs projets d’aménagement intérieur. En janvier 2012, Christofle dévoile sa nouvelle ligne « Garden » pour le bar, et, en collaboration avec Pierre Gagnaire, il dessine une ligne d’accessoires de cuisine pour Alessi. 2013 verra l’inauguration de la sculpture « SPIRIT » pour la ville de Séoul, en Corée. En 2014, la ville d’Aix-en-Provence lui confie la conception du plus grand mur d’eau d’Europe qui couvre le pont Juvénal-Mozart à l’entrée de la ville. »

L’exposition de l’atelier Osiris ouvre la saison culturelle au château Borel

Articles, Evènements - Ecrit par Frédéric Durmort on .

« Dans le cadre des Journées du  patrimoine  du  13  au 16  septembre  et  en  avant première les Saint­-Égrévois ont pu découvrir lors du vernissage ce jeudi 13 septembre une exposition sur le thème du partage dans les salles d’exposition du château Borel  (aile  ancienne  de  la mairie). « Ce qui est exceptionnel c’est de réunir une quarantaine de sièges de tous styles et de toutes les époques (des pièces  appartenant  à  des  particuliers de la région) que l’atelier Osiris a restauré… », explique  Frédéric  Durmort  maître artisan d’art en tapisserie. « Cette exposition a le mé rite  de  présenter  le  travail d’artisans  et  de  designers français  qui  fabriquent  sur commande  des  canapés  et des fauteuils. Je suis queylard depuis 12 ans et je me suis installé en tant qu’artisan en 2006, j’ai fait des études supérieures dans des domaines techniques et dans la gestion  des  ressources  humaines. J’ai choisi le métier de tapissier pour l’exercer de façon traditionnelle avec les techniques et les matériaux qu’on utilisait alors au 18e et  19e  siècle.  J’utilise  du  crin animal, de la toile de chanvre… Je me suis formé sur la culture  artistique  liée  aux étoffes et aux sièges de toutes les époques tout en étant ouvert  aux  créations  contemporaines », poursuit Frédéric Durmort, qui représente la marque et distribue sur toute la région Rhône­Alpes. Il reçoit à son atelier pour la restauration mais aussi pour conseiller dans le choix des tissus. À  noter :  L’exposition  est visible  dans  les  salles  du  château Borel ce samedi et demain  dimanche  de  9  à 12 h et de 14 à 18 h en présence du maître artisan d’art. LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ |SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2018| 17

Restauration de 2 canapés

En ce moment, dans l'atelier, Non classé - Ecrit par Frédéric Durmort on .

Un long travail de restauration qui durera plusieurs semaines pour restaurer entièrement ces 2 canapés.

canapé Napoléon III

Canapé Louis Philippe en bois massif de palissandre (bois utilisé jadis pour le mobilier de luxe)

suspension à ressorts avant la réalisation de la garniture en crin

Tapisserie d’Aubusson

En ce moment, dans l'atelier, Evènements - Ecrit par Frédéric Durmort on .

L’atelier Osiris restaure une tapisserie d’Aubusson de la fin du XVIIe de 2,25 m x 2,35 m « L’UNESCO a inscrit en 2009 « La tapisserie d’Aubusson » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité1, après que ce savoir-faire a été inscrit à l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France. Tradition pluriséculaire, elle consiste à faire le tissage par des procédés initiés par les artisans issus d’Aubusson et de quelques localités de la Creuse en France. Elle produit des tentures particulièrement de grandes tailles qui sont destinées à embellir des murs, des tapis et des pièces de mobilier. «  la tapisserie restaurée

La maison Prelle à l’honneur

Articles - Ecrit par Frédéric Durmort on .

Voici un damas, dans une qualité soie et coton, de la manufacture Prelle à Lyon, qui apporte un véritable renouveau à ce fauteuil en acajou. Vous ne trouvez pas ? « Dessiné par Aimé Prelle en 1924, ce damas à motifs tribals incarne l’influence des arts premiers en France sur le courant de l’art décoratif. Avec la volonté d’aller à la rencontre du gout contemporain pour les motifs ethniques et dans une coloration actuelle, le nom du désert africain Kalahari s’est imposé comme une évidence. »